images_up/Handisports

Jean-Baptiste Souche, un entraîneur qui sait ce qu'il veut

publié le 16/08/2014 par F@b dans la catégorie Handisports

Dans notre série spéciale Championnats d'Europe d'Athlétisme IPC de Swansea, après Richard Mimalé, Elvina Vidot, Timothée Adolphe, Trésor Makunda et Gautier Simounet, nous vous présentons aujourd'hui un focus sur Jean-Baptiste Souche, entraîneur national et cadre technique à la fédération.

 

@EnRoutePourRio : Bonjour Jean-Baptiste et merci d'avoir accepté de répondre à nos questions, tout d'abord pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ? Votre parcours ?

 

@JBSOUCHE : Bonjour. Je m’appelle Jean-Baptiste SOUCHE, j’ai 30 ans. J’ai deux principales missions à la Fédération Française Handisport : Directeur Sportif Adjoint de la commission athlétisme, en charge du haut niveau, et entraineur du pôle France athlétisme handisport de Lyon. 

@EnRoutePourRio : Expliquez nous comment vous êtes arrivé dans le monde du handisport ? Quelles ont été les étapes avant de devenir l’entraîneur de l'athlétisme Français ?

@JBSOUCHE : Plus je discute avec les autres entraineurs et bénévoles du mouvement handisport, et plus j’ai l’impression que mon histoire est très classique. Je suis entré dans le mouvement un peu par hasard. J’étais athlète et entraineur à Montpellier. L’un de mes amis entrainait un groupe d’handisportifs de haut niveau, et préparait son départ en cherchant quelqu’un pour le remplacer. Il m’a ainsi proposé, et ça a collé. J’ai commencé par entrainer plusieurs athlètes de divers handicaps, puis l’occasion s’est présentée d’accompagner quelques athlètes sur une compétition internationale… de fil en aiguille j’ai continué à faire mes armes dans le suivi jeunes, puis avec les élites. Jusqu’à présent c’était bénévole, mais depuis l’année dernière c’est devenu mon emploi.

 

@EnRoutePourRio : Qu'est-ce que le handisport vous a apporté, quelle est la différence entre être entraîneur d’athlétisme handisport ou entraîneur « valide » ?

@JBSOUCHE : Entraîner en athlétisme, c’est résoudre une grande équation. D’un coté il y a les qualités physiques, les ressources mentales, la technique… et de l’autre il y a la performance. Le handicap n’est qu’un paramètre en plus, qui va influer les autres. Résoudre l’équation semble impossible, mais un bon entraîneur saura faire au mieux pour gérer tous ces paramètres et faire en sorte que la performance soit la meilleure possible. En plus de m’apporter des expériences extraordinaires, entraîner en handisport m’a aussi appris à pousser la réflexion jusqu’au bout, à partir des fondamentaux, à épurer la technique. C’est la base de notre métier, et trop d’entraineurs l’oublie je trouve.

@EnRoutePourRio : Quels sont les athlètes handisport toutes disciplines confondues Français et internationaux qui vous ont le plus impressionné ?

@JBSOUCHE : Depuis 2006 que je suis dans le mouvement, plusieurs sportifs m’ont vraiment impressionné, chacun à leur manière. Forcément je suis plus sensible aux athlètes, mais pas seulement. J’ai pris beaucoup de plaisir à voir Johny Peacock en finale du 100m des Jeux de Londres. Sa technique est magnifique, et il dégageait vraiment quelque chose. Dans sa catégorie (amputé tibial, T/F 44), Urs Kolly était également un athlète magnifique, tout en élégance. Plus récemment, Ryadh Sallem m’a vraiment beaucoup impressionné au rugby fauteuil. Bien évidemment les 8 titres d’Assia el Hannouni sont à mes yeux un aboutissement ultime.

 

 

Le handisport en France

 

@EnRoutePourRio : On voit beaucoup de jeunes athlètes pointer le bout de leur nez et quand on discute avec eux, on se rend vite compte qu'ils doivent se débrouiller seul, financièrement, et qu' ils ont du mal à trouver des partenaires, qu'ils manquent parfois de structure d’entraînement, d'encadrements... alors même si le handisport en France commence à évoluer, ne sommes nous pas très en retard par rapport à certains autres pays ?

@JBSOUCHE : Cette question est difficile. Il est évident que les choses pourraient être meilleures, mais c’est tout un contexte qu’il faut étudier et améliorer. Le mouvement handisport souffre d’un manque de reconnaissance et d’un déficit d’image. Nos athlètes ont du mal à être reconnu à leur juste valeur. Le soucis est qu’à âge égal, le handicap des handisportifs fait qu’ils ont de moindre performances. Tous les entraineurs n’ont pas l’envie, le temps ou la motivation pour correctement prendre en charge ces athlètes qui, c’est vrai, prennent souvent un peu plus de temps que les autres. De plus, nous ne disposons à l’heure actuelle que d’un circuit de compétitions nationales, ce qui engendre des frais… C’est donc à nous de développer l’offre de pratique, notamment au niveau régional, et à travailler avec le mouvement valide pour continuer à former des entraineurs à la spécificité handisport.

 

@EnRoutePourRio : Que pensez vous de la médiatisation du handisport en France ?

@JBSOUCHE : Bien évidemment elle est trop faible, tout le monde le pense, mais le dire sans rien proposer en face n’améliorera pas les choses. Nos disciplines sportives sont mal connues, et un gros travail de pédagogie est à faire auprès du public. Pendant les jeux Paralympiques de Londres, les britanniques disposaient de 14 chaines spéciales qui retransmettaient en direct toutes les épreuves. Celles-ci étaient ponctuées de clips vidéo. La population disposait ainsi de toutes les informations dont elle avait besoin pour comprendre et apprécier le show sportif.

Je suis convaincu que c’est la solution : expliquer, et donner envie aux gens d’en revoir.

 

 

Parlons un peu de l'équipe de France

 

@EnRoutePourRio : Dans quelques jours vous partez avec l'équipe de France direction Swansea au Pays de Galles pour les championnats d'Europe, quel seront les objectifs ? Combien de médaille pouvons-nous espérer ?

@JBSOUCHE : Je déteste parler de médailles avant un championnat, et je ne m’aventurerai pas à annoncer un nombre, et faire des prévisions. Notre équipe de France a été réduite en nombre cette année, mais elle est forte et ambitieuse. Il nous manque certaines têtes de série, notamment Arnaud Assoumani qui est blessé, et Tony Falelavaki qui a fait le choix de ne pas concourir à l’international cette année, mais les athlètes présents ont tous fait une bonne saison, et représentent l’avenir. Ils savent que d’autres ne sont pas loin derrière, et vont se battre les années futures pour avoir leur place : le niveau va continuer à monter !

 

@EnRoutePourRio : Cette saison certains athlètes ont-ils été « protégés » en vu de Rio 2016 ?

@JBSOUCHE : Vous l’avez bien compris, l’objectif est Rio. Ces championnats d’Europe ne sont qu’une étape. Une étape importante, certes, mais seulement une étape. Les athlètes avaient le choix de tenter ou non de se sélectionner, mais nous n’avons forcé la main à personne pour participer ou à l’inverse se préserver. Je suis intimement convaincu que l’expérience que l’on acquiert en compétition n’est pas remplaçable par les entrainements, et ceux qui ont décidé de venir ont, je pense, fait le bon choix.

 

 

@EnRoutePourRio : Les Jeux Paralympiques sont LA compétition reine du handisport, les prochain seront a Rio en 2016, quels seront les chefs de file de l'équipe de France ? On pense à Arnaud Assoumani, Marie Amélie Le Fur ?

@JBSOUCHE : Bien évidemment on attend ceux qui ont déjà gagné, comme Marie-Amélie le Fur, Mandy François ElieArnaud Assoumani est en difficulté depuis deux ans, il est blessé chaque saison, et a du mal a retrouver son niveau de 2010 et 2011. Il était d’ailleurs sélectionné pour Swansea, mais a dû renoncer à cause d’une déchirure à la cuisse. Il ne faut surtout pas oublié les « anciens », comme Julien Casoli, Pierre Fairbank, Thierry Cibone… ces athlètes ont déjà été performants, et arriveront au sommet de leur art à Rio.

Je pense également à beaucoup d’autres, notamment des jeunes qui montent, et qui vont nous surprendre dans les années à venir. Nous avons à l’heure actuelle une vraie relève, un vivier de jeunes athlètes qui ne demandent qu’à exprimer tout leur potentiel.

 

@EnRoutePourRio : Les championnats du monde de Doha approche à grands pas, quelle équipe de France y verra-ton, un groupe élargi pour permettre a plusieurs athlètes de découvrir le top niveau ou un groupe restreint pour préparer les Jeux de Rio ?

@JBSOUCHE : A Doha le groupe sera restreint. Seuls ceux qui ont la capacité à remporter une médaille d’or ou d’argent (synonyme de quota pour les Jeux) viendront. Nous enverrons probablement le reste de l’équipe sur un important meeting européen.

 

L'avenir

 

@EnRoutePourRio : Quels sont les jeunes athlètes qui feront à coup sûr les beaux jours de l'Equipe de France d'athlétisme handisport dans les années a venir ?

@JBSOUCHE : Nous avons un vivier incroyable, avec des jeunes qui ne savent pas encore quoi faire de leurs qualités physiques. Vous voulez des noms ? Venez nous voir en compétition, vous les découvrirez tout seul ;-)

 

@EnRoutePourRio : Si vous pouviez choisir aujourd'hui ce à quoi ressemblerai votre avenir professionnel ça donnerai quoi ? Jusqu’à quand vous verra-t-on a ce poste et resterez vous impliqué dans le handisport par la suite ?

@JBSOUCHE : Je resterai tant qu’on voudra de moi !! Plus sérieusement, j’ai à l’heure actuelle le job de mes rêves. J’alterne les entrainements et la formation des jeunes grâce au pôle France jeunes, et le suivi des athlètes de haut niveau. Je travaille sur des dossiers intéressants, j’ai des collaborateurs compétents et impliqués… que demander de plus ? Parfois j’arrive même à avoir des week-ends de libre !!

En toute honnêteté, je ne me vois pas ailleurs qu’à ma place.

 

La polémique

@JBSOUCHE : Si vous le permettez j’aimerais évoquer le cas de Marcus Rehm. Vous avez surement déjà suivi l’histoire de ce jeune amputé tibial qui a battu le record du monde de sa catégorie de handicap lors des championnats d’Allemagne valide. Malgré qu’il ait gagné le championnat d’Allemagne et réalisé les minima, sa fédération a décidé de ne pas le sélectionner pour les Europe valide, estimant qu’il tirait avantage de sa prothèse.

Je ne souhaite pas rentrer dans un débat techniciste, car cela ne sert à rien. Le saut en longueur avec prothèse et le saut en longueur valide sont deux choses très différentes, malgré le fait qu’elles se ressemblent. Je pense que le débat est plus étique que technique. Marcus remet en cause la hiérarchie et l’ordre symbolique. C’est tout un système de pensée qui vole en éclat. L’athlète handicapé n’est plus un « sous-homme », mais un « sur-homme ». On autorise l’handisportif à participer, on l’aide, on le félicite, tout le monde trouve ça « magnifique » et « courageux » (deux termes que je déteste par ailleurs), mais tant qu’il ne gagne pas… Lorsqu’il menace les meilleurs valides les plaintes commencent. Vous ne trouvez pas ça immoral et malsain ?

La question aurait dû être réglée depuis bien longtemps, notamment grâce à Oscar Pistorius ou Caster Semenya qui ont ouvert le débat, mais l’IAAF et le CIO n’ont rien fait (on se pose d’ailleurs la question pourquoi).

J’aurais adoré que Marcus participe à Zurich, pour que l’on parle du mouvement handisport, mais je pense que le monde sportif n’est pas prêt pour cela. C’est un athlète très fort, intelligent, qui a su optimiser toutes les facettes de l’entrainement… C’est quasiment un surhomme, qui domine outrageusement sa discipline dans sa catégorie de handicap. Il mérite qu’on le respecte et qu’on statut sur son cas.

 

@EnRoutePourRio : Toute l'équipe d'ERPR vous remercie de nous avoir accordé votre temps précieux à quelques jours seulement des championnats d'Europe de Swansea (du 18 au 23 Août)

@JBSOUCHE: Merci à vous, les questions étaient bonnes, y réponde fut agréable.

Nous tenons à remercier chaleureusement Jean-Baptiste qui a su se rendre disponible pour répondre à nos questions seulement quelques heures avant son départ pour le Pays de Galles.

Une fois encore, nou ne pouvons que marquer notre soutien à cette splendide équipe qui reviendra de Sawansea, on l'epère avec les coffres pleins de médailles!

Propos recueillis par Kevin  (@kevin_bardon)

 

A lire :

En piste pour Saint-Quentin

Ce mardi 27 janvier, Vincent Jacquet (Directeur Technique National de la Fédération Française de Cyclisme) a annoncé la sélection de l'équipe de France de cyclisme sur piste pour les...

 
Lire +

PSG et ASM même combat: Tout dépendra du sort!

Les 2 équipes françaises, enfin évoluant dans le championnat de Ligue 1 sont donc qualifiées pour les 1/8 ème de finale de la préstigieuse Champion's League. A en écouter...

 
Lire +

Dossard 153

Cédric Ferré, traileur lausanno-thononais a disputé la nuit dernière son premier trail "longue distance" sur le traditionnel parcours de la "SaintéLyon". Quelque peu anxieux à...

 
Lire +
 
 
 
Laissez un commentaire


 
Avatar de F@b

A propos de F@b

Mordu de Sport, de statistiques sportives et de live streaming. Je suis project manager pour 1r2tchat.

 
 

Pendant ce temps...

Des vidéos de formation pour la FEPEM
3 versions pour un booktrailer
PAPIs, Real-world machine learning stories
Refonte du site Diaphonique.org
Etude de cas : Le Cri
Les Rencontres Innovations et Galien 2017